Accueil / Dossiers / Raspberry PI 4 : Un ordinateur presque comme les autres

Raspberry PI 4 : Un ordinateur presque comme les autres :

Raspberry 4

Le Raspberry Pi 4 est sorti

Comme d’habitude la fondation a gardé la surprise jusqu’au dernier moment.

Eben Upton avait même largement brouillé les pistes puisqu’il indiquait en Février dernier que la machine ne sortirait pas avant 2020. Elle est pourtant bien annoncée et disponible depuis ce matin.

Je parcours les forums depuis ce matin et beaucoup de gens font cette remarque à propos du Raspberry Pi 4 : “Cette machine est plus performante que mon premier PC”.

Pour les plus vieux d’entre nous, ceux qui ont connu l’époque des engins sous les 10 MHz, cela fait longtemps que c’est le cas.

Les précédents Pi écrasaient déjà les 8086, les 286 et autres 486 qui culminaient difficilement à 100 MHz. Mais c’est désormais une nouvelle génération, plus jeune, qui voit ses premières machines distancées par le nouveau Raspberry Pi 4

Raspberry 4

Le SoC embarqué évolue donc grandement. Exit le Broadcom BCM2837 en quadruple coeurs Cortex-A53, on passe à un SoC Broadcom BCM2711 toujours en quatre coeurs mais employant un ARM Cortex-A72 cadencé à 1.5 GHz.

La fondation indique des performances trois fois supérieures pour ce nouveau modèle, ce qui semble bien correspondre aux chiffres classiques entre les deux générations de coeurs.

Le SoC propose en plus un nouveau circuit graphique VideoCore VI aux performances bien optimisées.

Raspberry 4

Le Raspberry Pi 4 est donc une solution plus impressionnante en terme de calcul, si elle est plus costaud que votre premier PC en terme de performances, l’accent a été également largement mis sur les fonctions annexes de l’engin.

Plus polyvalente, la nouvelle carte ouvre la voie à des usages plus larges et plus complexes. Avec, comme toujours, la même volonté d’ouverture au plus grand nombre.

Toujours lancée à 35$1, elle a gardé le même tarif que depuis son apparition en 2012.

Avec tout de même une petite nuance, si ce tarif existe il est désormais “à partir de”. On achètera une Raspberry Pi 4 à partir de 35$ et le prix augmentera en fonction de la mémoire vive qui pourra évoluer dans deux variations du modèle de base.

La fondation a bien compris les remarques de ses utilisateurs à la sortie du modèle 3 B+. Beaucoup pensaient pouvoir trouver des cartes plus riches en mémoire vive pour venir au secours des systèmes les plus complexes employés avec l’engin. Ces remarques ont été prises en compte de la meilleure manière qui soit.

Si le Raspberry Pi 4 existe donc toujours bien à 35$ (38€) en 1 Go de mémoire vive DDR4, la fondation commercialise aussi deux autres modèles en 2 et 4 Go de mémoire vive proposés respectivement à 45$ (49€) et 55$ (59€).

Raspberry 4

Cette proposition est intelligente parce qu’elle correspond bien aux divers usages de la carte. Quelqu’un cherchant avant tout une carte de développement performante va rester sur ce modèle en 1 Go.

Mais ceux qui cherchent une solutions plus performante pour, par exemple, utiliser la Raspberry Pi 4 comme ordinateur personnel sous Linux ou comme solution de jeu d’émulation, seront ravis d’injecter quelques euros de plus pour grimper à 2 ou 4 Go de mémoire vive.

Et on sent que la fondation a parfaitement compris ce besoin dans le reste de la machine. Le Raspberry Pi évolue certes en performances et en mémoire mais le plus impressionnant est lié aux possibilités du Cortex-A72 qui ouvre la voie à d’autres usages.

Le SoC embarque en effet plus de fonctionnalités et permet de proposer pour la première fois sur une carte Raspberry Pi des fonctions comme l’Ethernet Gigabit ou l’USB 3.0.

Les précédents modèles de la fondation étant limités à l’USB 2.0, ils ne pouvaient pas prétendre à des débits suffisants pour embarquer un réseau filaire aussi performant. C’est désormais chose faite avec l’apparition du Cortex-A72.

Raspberry 4

Mieux encore, le Raspberry Pi 4 propose deux sorties vidéo grâce à l’emploi d’un couple de MicroHDMI.

Une solution intéressante d’un point de vue usage car le système permettra la prise en charge d’un bi-écran très pratique sous Linux. Mais le choix d’un double MicroHDMI n’est pas forcément la solution la plus optimisée. Une combinaison HDMI plein format et MicroHDMI aurait été plus rétro compatible.

Ou l’emploi de deux prises MiniHDMI qui sont souvent beaucoup plus solides en terme d’accroche aux carte mères.

Raspberry 4

Le module Wifi intégré est un 802.11AC classique avec un Bluetooth 5.0 BLE qui offrira lui aussi de très bons débits.

Quatre ports USB Type-A seront disponibles, partagés par paires en USB 2.0 et 3.0 ce qui ouvre la voie à de nombreuses utilisations externes et notamment à des stockages de masse plus rapides.

Un lecteur de cartes MicroSDXC sert toujours de stockage de base à l’engin. La carte gagne aussi un port USB type-C pour son alimentation auparavant en MicroUSB. Cela lui permet d’accepter 500 mAh de plus et de profiter de nombreux chargeurs plus sécurisés et performants.

A noter que la solution est toujours compatible PoE avec l’extension adéquate. Le port jack 3.5 mm propose toujours une sortie stéréo et une sortie vidéo composite.

Raspberry 4

Le boitier officiel pour le Raspberry Pi 4

Raspberry 4

Le boitier classique après une petite découpe

Le Raspberry Pi 4 reste retro compatible avec tout son écosystème habituel hormis, bien entendu, les boîtiers. Ces derniers ne sont pas taillés pour la nouvelle connectique de la carte. Mais on retrouve bien évidemment les 40 broches du format ainsi que les ports DSI et CSI pour brancher écran et caméra.

Raspberry 4

Le Raspberry Pi 4 pourrait réussir ce que l’OLPC n’a pas pu achever

Dans cette nouvelle configuration, le Raspberry Pi 4 peut se mesurer à des ordinateurs de bureau traditionnels. L’engin ne sera pas forcément donné puisqu’il sera plus sage d’acheter une version 2 ou 4 Go pour ce genre d’usage.

Mais avec cette puce plus performante, le double écran, un wifi et un réseau filaire rapide ainsi que de l’USB 3.0, on a là un engin capable de mener à bien des choses complexes sous Linux.

L’appui de Broadcom et de son BCM2711 est un vrai plus. La marque partage en effet les ressources nécessaires au développement et à l’optimisation de son circuit graphique VideoCore VI avec la fondation et il est donc possible de profiter de tous ses avantages sous Linux avec Raspbian.

Accélération graphique en 2D comme en 3D avec la prise en charge native de l’OpenGL ES 3. Mais aussi la décompression de contenus UltraHD à 60 images par seconde 100% matériel.

Raspberry 4

Un kit complet à 120$ est annoncé, le Raspberry Pi 4 Computer Desktop Kit. Un ensemble comprenant la carte de base, un MicroSDHC 32 Go avec un système Linux Raspbian pré-installé, un boitier, une alimentation, les claviers et souris officiels de la marque, une paire de câbles MicroHDMI vers HDMI et un exemplaire du manuel du débutant.

Il ne manquera, en clair, qu’un écran pour compléter le dispositif. Un objet que l’on trouve désormais parfaitement fonctionnel à 0€ en déchetterie ou pour moins de 20€ en solderie pour les petites diagonales.

Même neufs, les écrans les moins chers se négocient sous les 80€ en 19 ou 20″ aujourd’hui, ce qui apportera un certain confort à l’utilisateur. Bilan ? 200€ pour un ordinateur complet, connecté et bien plus performant que ce que la plupart des gens imaginent.

A ce tarif, la fondation arrive au prix de l’OLPC (One Laptop Per Child), un ordinateur portable destiné aux pays émergents pour initier les enfants à l’informatique et les ouvrir sur le monde.

Raspberry 4

Bien entendu, il ne s’agit pas de comparer ni de mesurer les deux machines, cela n’aurait pas de sens. Mais l’effort poursuivi par la fondation Raspberry Pi montre ici de nouvelles limites et il est parfaitement possible aujourd’hui, de construire un vrai parc de ces machines pour un prix minimal. Sans qu’elles ne soient ridicules en terme de performances ni qu’elles demandent un entretien particulier.

En recyclant des écrans de 15-17 pouces qui pullulent dans les locaux d’archives des entreprises, il y a de quoi monter de vrais PC capables de travailler, de créer, de divertir et même d’opérer des développements externes complexes.

Cela au prix d’une entrée dans un parc d’attractions. Non pas qu’il faille choisir entre l’un et l’autre mais pour relativiser le prix à injecter pour cet effort.

Cette nouvelle mouture de la carte offre des perspectives énormes, conserve son merveilleux écosystème et son prix de revient est ridicule en comparaison de ce qu’elle va proposer en terme d’usages.

Le Raspberry Pi reste une carte de développement mais elle vient de gagner un niveau, elle devient un ordinateur personnel qui n’a plus à rougir d’un point de vue usage face à une machine commerciale vendue 10 fois plus cher. et ça, ça change la donne.